Le bonheur est en nous


Cette semaine, j’ai entendu une phrase qui a retenu mon attention et qui n’arrête pas de me trotter dans la tête depuis. Comme je me connais très bien, la seule et unique façon d’arrêter d’y penser, c’est de l’extérioriser en me penchant sur le sujet. Vous Karina, femme-orchestrevous demandez sûrement quelle a pu bien être cette phrase qui m’a autant troublée. Eh bien, il s’agit d’une très courte phrase, en apparence banale, mais qui est d’une profondeur et d’une portée incommensurables : « Le bonheur est en vous ». Et pourquoi je n’arrête pas d’y penser ? C’est sûrement parce que même si je suis une personne naturellement optimiste, positive et enjouée, comme tellement d’autres personnes dans ce monde, tout n’est pas toujours couleur de rose, et il m’arrive aussi de vivre des moments où mon moral est plus au plus bas pour différentes raisons de la Vie. Et justement, entendre cette phrase en ce moment de ma vie, m’a fait réfléchir à nouveau au sens profond qu’elle véhicule.

 

Être réceptif

Tout le long de mon existence, j’ai traversé plusieurs épreuves plus ou moins difficiles les unes que les autres. C’est justement tout cela qui m’a permis de devenir qui je suis aujourd’hui. Je ne peux pas vraiment expliquer pourquoi j’ai toujours eu un sens spécial pour voir la Vie autrement; pour détecter des signes que la plupart ne voit pas; pour comprendre, dans les gestes et les paroles des autres, des non-dits qui me permettent d’être plus susceptible aux préoccupations, aux difficultés ou aux malheurs des autres.

J’ai toujours été une personne très sensible à la souffrance humaine et toujours prête à aider qui que ce soit et dans toute circonstance. Même lorsqu’il m’est arrivé de souffrir moi-même, j’essayais toujours de trouver le bon côté des choses. Bien que des fois je me rendisse très loin dans mon optimisme, je vous l’accorde, je n’ai jamais baissé les bras et j’ai toujours fait face à toutes les difficultés rencontrées.

 

Penser positif

Un des aspects qui me caractérise, c’est surtout que j’ai toujours possédé une énergie inépuisable qui m’a aidée à me battre contre vents et marées. J’ai toujours senti une force intérieure jaillir tel un geyser chaque fois que le besoin se présentait. Même, des fois, mon entourage n’en revenait pas de cette énergie intérieure qui m’habitait et qui me mobilisait dans tous les sens. Sans avoir jamais suivi de formation sur le sujet, j’ai toujours été naturellement animée par une pensée positive. Je suis de ceux qui voient toujours le verre à moitié plein plutôt que le verre à moitié vide; de ceux qui pensent que rien n’arrive pour rien dans la Vie et qu’une circonstance fâcheuse entraîne souvent une autre positive. Vous me direz sûrement que je suis naïve ou rêveuse ou idéaliste. Peut-être bien, mais cela me fait grand bien et me permet aussi de faire du bien à autrui. Alors, pas question que je change !

 

 

Prendre conscience de ce qui nous entoure

De façon purement inconsciente au début, j’ai toujours trouvé mon bonheur personnel malgré l’adversité qui m’entourait. Je pense que c’est surtout cette adversité, cette difficulté de la Vie qui faisait partie de mon quotidien qui m’a permis de m’arrêter pour observer de plus près ce qui m’entourait, ce qu’il y avait de bon et de positif malgré tout. Le fait d’être plus à l’écoute des gens qui m’entouraient me permettait de leur faire part de ces petites choses de tous les jours qui nous font du bien sans même nous en rendre compte. Et c’est en l’extériorisant ainsi, en le présentant à d’autres, que je prenais de plus en plus conscience de toute la beauté qui existe dans un simple sourire, dans un mot doux, dans une tape dans le dos ou une accolade, dans le rire d’un enfant, dans la chaleur paisible et réconfortante du soleil, dans la paix que l’on ressent en contemplant un paysage, dans la satisfaction de rendre quelqu’un heureux, dans le bonheur de voir son enfant jouer et grandir dans la joie, dans le plaisir de prendre le temps de profiter de la Vie, de boire un bon café entre amis ou de déguster un délicieux repas maison avec une personne qui vous est chère, et dans une infinité d’autres petits instants de plaisir qui nous entourent, mais qu’il faut juste prendre le temps de les apercevoir pour nous réjouir de leur présence. De ces petits instants de bonheur, il y en a pour tous, partout et pour tous les goûts. Et plus on accumulera de ces instants magiques, plus on ressentira du bonheur. Tellement nécessaire, surtout dans ces moments moins heureux de la Vie où l’on a tant besoin de réconfort.

 

S’arrêter

Il serait impossible de nommer tout ce qui peut nous rendre heureux, car les possibilités sont infinies. Toutefois, la Vie m’a aidée à comprendre que n’importe qui qui le désire vraiment peut être heureux. Et pas besoin d’aller chercher trop loin. Nous n’avons qu’à fouiller dans nous et autour de nous; à prendre conscience de toutes les petites choses et de toutes les personnes qui nous font du bien. Bien évidemment, pour cela, nous devons mettre un frein au traintrain de la Vie. En effet, faire « STOP », comme nous le faisons en conduisant lorsque nous arrivons devant un panneau hexagonal rouge et blanc. Arrêtons-nous et regardons dans nous et autour de nous. La plupart des fois, notre bonheur est à notre portée et nous ne nous en apercevons même pas tellement nous sommes conditionnés à rouler, rouler et rouler devant nous sans jamais nous arrêter.

Tout n’est pas couleur de rose

Il peut arriver à n’importe qui de traverser des moments plus difficiles pour toutes sortes de raisons. La plupart des fois, pour des raisons qui sont même hors de notre contrôle. Nous traversons tous des périodes plus fragiles : lorsque les enfants sont malades ou éprouvent des difficultés à l’école ou au travail; lorsqu’on travaille sous pression ou que l’on ressent de l’épuisement professionnel; lorsqu’on fait tellement de choses qu’on devient facilement épuisé et noyé sous le tsunami d’activités qu’on s’est imposé; lorsqu’on se sent moralement plus instable; lorsqu’on vit des séparations, des pertes, des deuils; lorsqu’on éprouve un déséquilibre physique ou psychique. En fin de compte, en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, tout et n’importe quoi peut faire chambouler notre harmonie, notre équilibre quotidien. Et c’est justement dans ces moments-là que la phrase le bonheur est en nous prend tout son sens.

 

À la recherche du bonheur

Bien évidemment, je ne suis ni la première ni la seule à expérimenter les bienfaits de ces petites doses de bonheur quotidien. Heureusement, il existe plusieurs études et écrits qui se sont penchés sur ce sujet. En voici quelques-uns que j’ai trouvés plus intéressants :

À vous maintenant de chercher votre bonheur !

 

Et maintenant, pour tous ceux qui voudraient écouter le texte au lieu de le lire, voici l’enregistrement audio. Bonne écoute !

À propos de Karina Satriano

Des tranches de vie d'une famille bien héréroclite, des anecdotes sur notre immigration, des trucs pour l'organisation et des témoignages de partage. Tout en un !
Ce contenu a été publié dans Tranches de vie, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.