Nos anges gardiens

Immigrer est, pour certains, un choix de vie, même si cela comporte une multitude d’épreuves à surmonter : choc culturel, adaptation aux nouvelles habitudes de vie, intégration, déception, isolement, échec, discrimination, etc. En fait, immigrer signifie, en quelque sorte, recommencer le tout à zéro. Cependant, malgré toutes ces difficultés, la vie nous donne souvent de belles surprises.fotoyo

Dans ma vie de tous les jours, je ne cesse de répéter qu’il faut toujours voir le bon côté des choses — vous voici en présence d’une sempiternelle optimiste —, que rien n’arrive pour rien ou que à quelque chose malheur est bon. En fait, lorsque nous sommes arrivés au Québec, rien ne s’est passé comme prévu ou comme nous l’avions espéré. Personne n’était là pour nous accueillir; à Montréal, l’autocar ne voulait pas nous prendre à cause de tous nos bagages (huit grands sacs de 32 kg chacun, plus les sacs de voyage, plus la poussette, plus nous, bien évidemment); une fois rendus à la gare du Palais, à Québec, les taxis refusaient de nous laisser monter pour la même raison; pas de logement à louer disponible; pas de garderie pour notre fille de presque deux ans; plus de place à l’école primaire de notre secteur pour notre fils de sept ans; plainte à la Commission scolaire de la Capitale pour leur mauvaise gestion concernant l’inscription de notre fils à l’école; plainte au ministère de l’Immigration, car pas de cours de français pour mon mari avant six mois; présence de rats (et de véritables rats) dans notre premier logement, donc résiliation de notre premier bail après seulement vingt jours d’habitation; réclamation à la Régie du logement et recherche d’un nouveau logement acceptable dans le secteur de l’école de notre fils qui avait déjà commencé sa deuxième année; discrimination de la part de l’enseignante de deuxième année envers notre fils et envers nous-mêmes; plainte auprès de la direction de l’école; et j’en passe… Disons qu’après tout cela, il aurait été très facile pour nous de dire que ce pays n’était pas ce que nous cherchions et de rentrer en Argentine. Mais non, nous avions trop investi — temps, argent et surtout beaucoup de sentiments et d’émotions — pour faire demi-tour aux premiers écueils.

En revanche, nous sommes restés pour trouver ce que nous étions venus chercher : une meilleure qualité de vie, une vie paisible où nos enfants pourraient aller au parc ou à l’école sans craindre de se faire enlever ou tuer, une sécurité sociale, mais aussi économique et politique. Nous avons enfin compris qu’aucun endroit sur terre n’était parfait, même un pays du premier monde comme le Canada. Nous avons également compris que si nous voulions faire partie de cette société, il fallait se battre pour se frayer un chemin, et faire ses preuves afin de se faire une place.

Capture d’écran 2015-11-24 à 21.28.55

karinafemmeorchestre

Heureusement, nous n’avons pas été tout seuls dans cette odyssée. Comme je le répète toujours, deux anges gardiens ont croisé notre route. Nous avons rencontré deux merveilleuses personnes au cœur d’or. Nos chemins se sont croisés tout à fait par hasard, et  nous nous  sommes liés d’amitié à tout jamais.  Si nous n’avions pas  atterri dans  cette « zone grise » de Limoilou, nous n’aurions jamais rencontré Roger Bolduc (qu’il repose en paix) et sa femme Imelda Drolet. Rien n’aurait été pareil sans eux. Je garderai toujours dans ma mémoire et dans mon cœur le premier contact que j’ai eu avec Roger au sous-sol de l’église de Sainte-Odile. Il était assis derrière une petite table et c’était lui qui inscrivait les nouvelles familles. C’est difficile à expliquer, mais dès que je me suis assise en face de lui pour lui faire part de notre situation, que je l’ai regardé dans les yeux, j’ai senti une paix intérieure, un sentiment de sécurité. Il a très vite compris que notre situation était bien différente de celle des immigrants réfugiés qu’il était habitué à accueillir, et il m’a tout de suite invitée à faire connaissance de sa femme qui s’occupait alors des vêtements. Imelda, ma chère Imelda, quel immense bonheur que de vous avoir rencontrée. Et voilà que sans qu’on ne leur demande (le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point), ils nous ont pris sous leurs ailes et nous ont aidés de manière tout à fait inconditionnelle. Roger a fait plusieurs voyages pour nous aider à transporter tous nos bagages entre l’auberge où nous logions et le logement que nous avions loué; il nous a accompagnés avec sa remorque pour aller chercher nos premiers meubles usagés; il a installé tous les mécanismes pour accrocher les rideaux, qui étaient très différents de ceux que nous avions dans notre pays d’origine. Imelda, de son côté, nous aidait à trouver les vêtements appropriés pour passer au travers de notre premier hiver québécois sans geler; elle nous aidait à trouver des objets dont nous avions besoin pour la maison et pour les enfants; elle m’a conduit à ma première entrevue d’emploi; elle a gardé nos enfants pendant que mon mari et moi faisions toutes sortes de démarches d’immigration.

karinafemmeorchestre

Certes, Imelda et Roger ont été nos anges gardiens québécois. Ils nous ont ouvert leur cœur, invité chez eux, présenté leur famille. C’est avec eux que nous avons passé notre premier réveillon de Noël à Québec. C’est avec eux que j’ai fêté mon premier anniversaire dans cette terre d’accueil. C’est avec eux que nous avons appris nos premières leçons du français québécois. C’est avec eux que nous avons goûté à nos premiers plats québécois concoctés avec amour par Imelda. Ils nous ont initié à la culture québécoise et nous ont transmis une foule de trucs qui ont fait en sorte que notre adaptation se fasse de manière plus agréable et progressive. C’est grâce à eux que nous gardons d’excellents souvenirs de notre nouveau départ à Québec et, qu’aujourd’hui, nous rions lorsque nous nous souvenons des premiers obstacles auxquels nous avons dû faire face.

En effet, comme Imelda et Roger, plusieurs personnes croisent notre route — ou nous croisons la leur — au cours de notre vie. Des fois, ces individus vont être là au moment où on en a le plus besoin pour nous donner un conseil qui nous éclairera, pour nous dire des mots de réconfort, pour nous donner un coup de main inattendu, pour nous prêter l’oreille sans en dire un mot. Ils peuvent rester dans nos vies ou disparaître à tout jamais. Leur

Capture d’écran 2015-11-26 à 07.19.20

karinafemmeorchestre

apport nous sera inestimable et leur passage sera loin d’être tombé dans l’oubli. Toutefois, il reste qu’il faut les voir, ces anges gardiens, car nous ne les apercevons pas toujours tellement notre vie file comme le vent. Ils sont là, autour de nous, partout où nous allons, mais nous ne les remarquons pas plus pour autant. Ils nous font souvent des signes généralement très subtils, presque imperceptibles. L’important est de savoir nous arrêter, écouter avec notre cœur, laisser ces anges gardiens nous guider, nous remettre dans la bonne voie.

En somme, peu importe le nom qu’on leur donnera — des guides, des accompagnateurs, des conseillers, des mentors — pour nous, Imelda et Roger ont été et seront toujours nos anges gardiens québécois. Ils nous ont donné plus que leur temps. Ils nous ont transmis beaucoup de connaissances culturelles, mais surtout ils nous ont comblé avec leur amour, leur bonté, leur bienveillance et leur plaisir de donner aux autres. Ils m’ont tous les deux inspirée avec leur dévotion inconditionnelle et, aujourd’hui, en toute humilité, j’essaie de suivre leur exemple.

Imelda

karinafemmeorchestre

 

Nous vous remercions du fond du cœur, Imelda !

 

 

À propos de Karina Satriano

Des tranches de vie d'une famille bien héréroclite, des anecdotes sur notre immigration, des trucs pour l'organisation et des témoignages de partage. Tout en un !
Ce contenu a été publié dans Donner au suivant, Immigration, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Nos anges gardiens

  1. Lucía dit :

    ¡Qué lindo, Karina! ¡Cuántas aventuras!

  2. Tony dit :

    Valió la pena el esfuerzo mi amor .
    Y fue una experiencia de vida única e inolvidable para nosotros y nuestros hijos.

  3. Julia dit :

    si Kari incondisionables angeles guardianes y exellentes personas Imelda y Roger!!!
    Muy emocionante y muy cierto Kari!!! Tambien lo fueron para nosotros Kari.
    Imelda trayendo a Emi de la guarderia a cada día durante mi reposo en el embarazo de
    juani!
    Roger y imelda invitandonos a su casa a pasar momentos extraordinarios y saboreando las deliciosas cenas hechas con tanto cariño y devocion!!! Gracias a Imelda y Roger por tan inconmesurable amor y devocion por los otros!!

Laisser un commentaire